Situées au cœur des Fenouillèdes, au cœur du Parc National des Pyrénées et à proximité des départements de l’Aude, se trouvent les Gorges de Galamus, étape obligatoire pour les amoureux de la nature et de l’adrénaline, car dans ce magnifique paysage naturel, ils contemplent des parois vertigineuses de roche calcaire sculptées par l’eau qui forment un grand spectacle naturel digne d’admiration.

Galamus

Les moyens se rendre à Galamus

À cheval sur l’Aude et les Pyrénées Orientales, les gorges de Galamus offrent de magnifiques paysages aux curieux qui se seront laissés embarquer sur les virages de la D7. Sur quatre kilomètres, l’Agly, la rivière des aigles, a creusé ici une des plus belles cluses de la région.

Cette profonde entaille se trouve au cœur d’un relief escarpé, domaine des genêts, des arbousiers, des genévriers de Phénicie et des chênes kermès. La rivière y arbore une couleur émeraude tandis que la roche semble blanchir un peu plus à chaque jour ensoleillé qui passe.

Si l’on peut y accéder en voiture, mieux vaut choisir de laisser son véhicule à l’un des parkings (de toute façon, en été, la circulation est réglementée et l’on ne vous laissera pas beaucoup d’autres choix) et de continuer de suivre la route à pied. Cela vous permettra de profiter au mieux de la beauté du paysage, chaque virage laissant découvrir de nouvelles falaises et autres formations rocheuses. La route d’à peine trois mètres de large suit le tracé des gorges, laissant entrevoir régulièrement l’éclat de la rivière plusieurs dizaines de mètres en contrebas.

Itinéraire dans les Fenouillèdes vers les gorges de galamus

En partant de votre hôtel à Thuir et en remontant de Saint-Paul-de-Fenouillet vers Cubières-sur-Cinoble , on trouvera au bout d’un moment un accès caillouteux sur la gauche qui mène à la rivière. En le suivant, on arrive sur une petite « plage » qui permet de prendre un bain rafraichissant dans un des bassins naturels formés par les flots. C’est le coin le plus agréable pour venir se baigner, activité qui n’est pas néanmoins officiellement autorisée.

Si vous tenez à votre plouf, plusieurs conseils : venir en début d’après-midi, car, avec les falaises, l’ombre a vite gagné le lit de la rivière et l’eau déjà fraiche ne se fait plus très accueillante et mettre de bonnes chaussures, car la descente qui ne prend que quelques minutes peut s’avérer acrobatique en tongs.

Si l’escalade est (d’ailleurs) interdite sur le site, en raison de la nature friable des roches, les gorges peuvent pas contre se laisser découvrir à l’occasion d’une sortie en canyoning (la descente s’effectue sur Cubières sur Cinoble au niveau du Parking de L’Oule, la remontée aboutit sous le Parking du Belvédère côté St Paul de Fenouillet).
Au retour de votre promenade, ne manquez pas de visiter Saint Antoine de Galamus, un ermitage du VIIe construit contre la paroi des gorges en profitant des grottes naturelles. La chapelle fut élevée pour célébrer le « miracle » de 1782 qui sauva les villageois de Saint-Paul-de-Fenouillet d’une épidémie. Symbole de vie au milieu des rochers, un immense platane qui pousse quasiment sans eau.
Pour finir, au sortir des gorges (toujours côté sud), vous pourrez contempler la vue panoramique offerte sur le Pic de Canigou, avec Thuir à ses pieds.

Conseils pratiques

Orientation D 117

Depuis Axat ou votre maison de Quillan jusqu’à Saint Paul de Fenouillet, puis à gauche sur la D7 qui s’enfonce dans les gorges. En partance de Perpignan compter 42 minutes de trajet toujours par la D 117. Parking gratuit en journée.

Equipement

Bonnes chaussures, eau et tout ce qu’il faut pour faire trempette. Vous vous baignez ? Prenez garde à coincer vos affaires sous une pierre, car le vent souffle

Autres

L’Office du tourisme de Saint Paul de Fenouillet pour tous autres renseignements

Poster une réponse