Six heures de voyage. C’est le temps qu’il m’aura fallu pour arriver à Barcelone, capitale de la Catalogne, depuis Paris. Enfin pas exactement Paris, Beauvais plutôt. En effet, c’est (malheureusement) la ville où il faut se rendre pour prendre son vol Ryan Air en partance pour l’Espagne. Quasiment 1h30 de car pour s’y rendre et l’aventure n’est pas terminée une fois arrivée puisque l’avion ne se pose pas à Barcelone non plus, mais à Girona à une centaine de kilomètres. Bref, un périple un peu pénible mais qui, en réalité, se termine une fois que l’on pose le pied à terre en Espagne.

Le trajet en car est déjà un régal pour les sens : senteurs méditerranéennes, une végétation nouvelle plus aride et surtout l’arrivée en banlieue de Barcelone. On est très loin des ensembles grisâtres de la région parisienne, là-bas les immeubles sont certes vétustes mais les couleurs rouge, ocre et orange se marient pour former un paysage urbain magnifique. L’autoroute surélevée permettait d’autant mieux de profiter de ce premier contact catalan, avant de rentrer au cœur de la cité.

Voir Barcelone et mourir

Sans doute j’en fais un petit peu trop, d’autant plus que je ne suis pas en connaissance de cause puisque je ne connais même pas Naples. Franchement, Barcelone, c’est beau. L’architecture bien sûr en premier lieu, mais je pense que la lumière de la ville (en l’occurrence beaucoup de soleil) y est aussi grandement pour quelque chose. Les premiers jours, je suis resté dans un hôtel typique (et hors de prix par rapport au confort escompté) puis, j’ai regardé du côté des formules B&b au cœur de Barcelone, dans le Gòtic notamment.

En bon touriste que je suis, je me suis laissé guidé par mes amis qui connaissaient déjà bien la ville : Plaça Catalunya, le parc Güell, la Sagrada Familia, la Plaça Reial, les différents marchés… La rencontre avec les musiciens de rue a été magique et chaque soir nous nous retrouvions sur le port après un concert dans l’un des bars salsa de la ville. Plus tard, j’ai dormi chez une de nos connaissances qui tiennent des chambres d’hôtes dans le Raval, le quartier populaire de Barcelone. Bref, des vacances inoubliables qui m’ont même donné envie d’emménager sur place pour de bon, à vrai dire…

Les commentaires sont fermés.