Près de Marckolsheim, la forêt du Rhin – préservée ici par miracle – propose un fragment de sa beauté d’origine. Arbres géants pieds dans l’eau, bras de rivières qui se perdent et reparaissent, marais de mystères… Entre les chênes, les hêtres, les saules et les peupliers vivent des myriades de poissons insectes, amphibiens (y compris le crapaud sonneur à ventre jaune), reptiles, mammifères et oiseaux. Hérons et canards. Avec les cigognes blanches sans lesquelles l’Alsace ne serait pas elle-même…

Que diriez-vous d’une petite balade?

Une balade les pieds mouillés et la tête émerveillée, en quête des trésors botaniques de l’Alsace humide : l’iris de Sibérie, si bleu, si doux ; les nénuphars (blancs ou jaunes) ; le glaïeul des marais ; la balsamine de l’Himalaya, cette immigrée d’Asie aux fleurs rose tendre. Sans oublier le castor d’Europe. L’espèce avait été éliminée de la contrée au siècle dernier. Elle a été réintroduite en 1973, dans cette forêt riveraine de Mackenheim où prospèrent à présent une vingtaine d’individus.

Village de Mackenheim

De Marckolsheim, par la D 468, on gagne le village de Mackenheim. Direction : le Rhin. On se gare à la maison forestière de Mackenheim. Un sentier de découverte, balisé de ronds verts, file vers le sud en remontant le ruisseau de Muhlbach, franchit le pont, redescend la rive droite, puis divague dans les bois vers le nord-est, avant de passer un autre pont jusqu’au cimetière juif, puis de boucler la boucle à la maison forestière. L’Alsace reste une destination de choix. Vous pourrez séjourner dans l’une des auberges ou chambres d’hotes de Mackenheim.

Poster une réponse