Raconté par Marjorie Hobin, passionnée de voyages et de carnets de voyage. Elle nous partage un de ses bons moments passés à Chengdu...

C’est en plein cœur d’une des villes les plus peuplées et dynamiques de Chine, dans cet immense enclos verdoyant se dressant face au Grand Timonier en marbre du square ultra-fréquenté de Tianfu, que le temps semble s’être arrêté. Le Parc du Peuple de Chengdu, fameuse « ville aux hibiscus » et capitale économique du grand Ouest chinois, évolue aux cadences rythmées des badauds de tous âges et de toutes catégories sociales, venus se ressourcer, chanter, danser et s’amuser. Balade au cœur du bonheur intérieur brut chinois…

Chengdu-Marjorie-Hobin-1

Chacun prend du bon temps

Chengdu-Marjorie-Hobin-2

Le parc s’ouvre sur de larges allées bétonnées, à l’ombre de grands saule-pleureurs. Les décibels s’intensifient à mesure que j’avance avec une foule de familles Sichuanaises jusqu’à atteindre des paliers presque inaudibles. Quel brouhaha ! Sous des tentes de fortune, ou en plein air, des chanteurs et chanteuses s’égosillent sur des chansons traditionnelles, à quelques mètres seulement les uns des autres, sans même sourciller. Accompagnés d’orchestres improvisés, leurs voix déformées par de petites stéréos bon marché, nos interprètes, parés de leurs plus beaux habits, semblent seuls au monde, des sourires illuminant leurs visages; l’audience est bien sûr au rendez-vous, jeune ou âgée, souriante ou placide, assise ou debout, elle ajoute sa voix à celles déjà haut perchées de nos chanteurs du dimanche ; ici surement votre voisin, là, votre grand-mère, là-bas peut-être votre chef ou un fonctionnaire haut placé. Sur des centaines de mètres, les sons se mêlent comme autant de fils dans une bobine, dans une joyeuse cacophonie.

Chengdu-Marjorie-Hobin-3

Bientôt, les allées bordées d’arbres laissent place à un immense espace bondé de groupes de danseurs évoluant chacun sur des rythmes différents : des danses traditionnelles aux chorégraphies toniques en passant par de jolies valses. Je me joins à l’une d’elles, sous le regard bienveillant, et curieux, de mes voisins chinois. Sur cette même place, des femmes d’un bon âge et des plus élégantes, fendent la foule des danseurs d’un pas assuré, pour ensuite revenir sur leurs pas, suivant une ligne imaginaire : un défilé de mode des plus folkloriques et totalement improvisé prend place sous mes yeux, et ceux de milliers d’autres! Pas de noms de créateurs, juste le plaisir de défiler pour ces femmes, le visage déterminé, dignes de professionnelles du podium.

Chengdu-Marjorie-Hobin-4

D’autres décident de se perdre dans les coins plus reculés du parc, recoins de verdure où le monde a disparu, laissant place aux sons des oiseaux et bruissement des feuilles des arbres ; amateurs de mah-jong et de cartes, petits musiciens et jeunes amoureux transis se croisent dans ces dédales verdoyants.

Chengdu-Marjorie-Hobin-5

Un rassemblement dans la bonne humeur

Chengdu-Marjorie-Hobin-6

Flâner, jouer, danser, chanter, boire du bon thé, se relaxer, mais surtout se retrouver, tel pourrait être l’adage de ce mémorable parc. Pour un jour ou quelques minutes, chacun peut devenir la star du moment, sans gêne ou peur du ridicule, juste le bonheur de chanter ou danser devant une foule de badauds venus vous applaudir. C’est ce que j’aime en Chine. On oublie les soucis, les qu’en-dira-t-on, la hiérarchie sociale pour se retrouver sous un seul dénominateur commun : la bonne humeur, en chansons et en rythme, et bien sûr, dans la pure tradition chinoise…

Chengdu-Marjorie-Hobin-7

Retrouvez Marjorie Hobin sur son blog pour d’autres aventures et rencontres autour du monde : www.jevousecrisde.com

Poster une réponse