Pour certains la Grèce se résume à ses plages, le soleil et ses îles. Moi, je l’ai toujours connu pour son patrimoine mythologique. Quand culture et tourisme ne font qu’un : une aventure au cœur de l’antiquité grecque.

Une facilité de compréhension et de déplacement.

Mes premiers espoirs se sont effondrés quand je me suis rendue compte que notre hôtel était à peu près à soixante kilomètres d’Athènes. Qu’à cela ne tienne, je me suis donc déplacée en train et métro – qui sont très propres au passage. N’ayez crainte, tout est retranscrit dans notre alphabet et chaque annonce vocale est faite en anglais. D’une manière générale, beaucoup de grecs parlent français, notamment dans les commerces et restaurants. Et si ce n’est pas le cas, je n’ai pas croisé une seule personne qui ne parlait pas anglais.

Athènes : l’ascension de l’Acropole

Le passage obligatoire pour débuter mon périple antique. L’ascension de l’acropole est assez sportive, ça grimpe et rien ne vous facilite la tâche. Durant la montée, plusieurs vestiges vous mettent en bouche dont le théâtre du Dionysos. Une fois en haut, ça vaut bien toutes les peines du monde. La vue est splendide et les monuments sont impressionnants.

Symbolisme ou hasard, un orage éclate à peine les pieds en haut. Impossible cependant de sortir du site au risque de perdre la validité du billet. Par chance cela n’a pas duré, et après la pluie le beau temps. Au côté du Parthénon, les temples d’Athéna, l’Erechthéion, les autels respectifs de Zeus et Athéna ainsi que les inévitables Éleusinion ; ces grandes colonnes marquant l’entrée de la ville.

Le site donne également accès à tout le contre bas, soit l’Agora et l’Aréopage, qui se présente comme une balade reposante dans des jardins. À ça prés que vous croisez le temple d’Héphaïstos merveilleusement bien conservé. Vous pourrez également parcourir la Stoa, l’ancienne place commerçante, en parfait état et abritant un petit musée.

Enfin le musée. Le fameux musée de l’Acropole d’Athènes. Il réconciliera les plus réfractaires par sa structure ludique. Ici pas de peinture, que des statues. Le musée abrite, entre autres, les versions originales des statues d’Athéna (ce sont des fausses à Acropole…) et les reconstitutions des frontons du Parthénon.

Épidaure : théâtre le mieux conservé du monde antique

Il s’agit à l’origine d’un centre de soin antique érigé en sanctuaire à Asclépios, le dieu de la médecine. Le théâtre est un modèle d’architecture, toujours fonctionnel, preuve à l’appui d’une oratrice récitant une tragédie. Je suis témoin, j’ai tout entendu en étant sur les plus hautes marches. Je dois vous avouer que vous devrez faire un très gros effort d’imagination pour le reste du site. Le petit musée est fort agréable, mais le centre en lui même et, blague à part, en ruine. Il faut marcher à travers des grandes herbes à certains endroits. C’est quand même intéressant d’apprendre les techniques de soin par le sport et l’hygiène de l’époque.

Mycènes, la cité du roi Agamemnon au trésor mystérieux

Perchée sur une colline, la ville fondée par Persée a une forte histoire mythologique. L’un de ses rois imposa les travaux à Heraklès. Un autre mena de front le voyage des Grecs jusqu’à Troie pendant la guerre. Les vestiges en eux même ne rivalisent pas avec l’Acropole. À vrai dire, à part les portes aux lions, il ne reste que les fondations. La vue surplombe cependant toute la vallée.

Le site comprend également deux visites annexes : la chambre du trésor et le musée. Si je n’ai pas trouvé ce fameux trésor disparu depuis sa révélation au XIXème siècle, j’ai tout de même pu admirer le masque (funéraire certes) en or d’Agamemnon.

Corinthe, un canal creusé à la main.

Sur le chemin du retour, petit passage à Corinthe pour admirer un canal long de sept kilomètres, large de 24 mètres et profond de 50 mètres. Le tout a pris dix ans de travail. Cette ville fut, selon la mythologie, créé par Sisyphe et contient un musée en l’honneur d’Apollon que je n’ai pas pu visité malheureusement. Nous étions en retour pour le buffet de l’hôtel ; question de priorité passé 19h30…

Delphes : le cœur antique

Pour terminer en beauté. Le site émane d’une ambiance mystérieuse induite par son histoire. L’oracle d’Apollon professait en ces lieux. Tout comme l’Acropole, le site comprend plusieurs éléments : le sanctuaire d’Apollon, et celui Athéna, le musée, le gymnase et la fontaine. En prime, vous bénéficiez des reliefs montagneux environnants.

Ma passion pour cette époque de l’histoire n’a fait que grandir à travers ce premier voyage. J’ai déjà les prochaines villes en tête. Dont Sparte ; juste pour crier « This is sparta » en l’honneur de 300.

Ne faites pas comme moi, pensez à votre carte étudiante, les prix sont coupés en deux 😉

Acropole, agora, aréopage : 12 €

Musée d’Athènes : 5 €

Mycènes (musée, trésor, site) : 8 €

Épidaure : 6 €

Delphes (site archéologique) : 6 €

Musée de Delphes : 6 €

Article rédigé par Miko du blog  www.mikomake-leblog.com

Poster une réponse