Vous êtes passionné de montagne mais, n’étant pas un alpiniste chevronné, vous ne savez pas où vous initier au plaisir montagnard. Il existe dans les Alpes une région tout à fait adéquate pour s’entrainer sans risque : le massif de Belledonne.

Le massif de Belledonne présente l’avantage de n’avoir pas d’altitudes trop élevées (3000 mètres maximum à la Croix de Belledonne) mais de présenter par endroits une configuration de haute montagne (parois parfois abruptes, absence de végétation dès 2000 mètres, éboulis difficiles à franchir, névés), ce qui permet à l’alpiniste amateur de s’entrainer efficacement mais sans prendre trop
de risques.

En outre il est parfaitement possible d’effectuer la plupart des circuits dans la journée, à condition de se lever très tôt, ce qui évite le désagrément d’avoir à dormir en refuge. Néanmoins, pour ceux qui préfèrent couper la randonnée, il est possible de passer la nuit sous un toit. Les tarifs sont tout à fait abordables mais il est souvent nécessaire de réserver à l’avance. Certains randonneurs
pourront préférer dormir sous la tente, mais les contraintes sont alors multiples notamment au niveau du chargement (toile de tente, matériel de couchage et surtout nourriture et boisson).

Certain vont également chercher à dormir en station, puisque le massif de Belledonne offre quelques station de ski d’hiver qui restent bien sûr ouvertes en été (Prapoutel, Chamrousse, etc). C’est une bonne idée mais là aussi, la contrainte est de prévoir son circuit à l’avance afin de réserver des chambres.

Juin, Juillet et aout sont les meilleurs mois pour s’entrainer en Belledonne. La chaleur n’y est jamais excessive (on trouve même parfois un peu de neige sur les sommets en plein mois d’aout) et en contrepartie le froid n’est jamais mordant, même lors des été pourris. Septembre permet aussi quelques belles randonnées mais la température n’est pas toujours des plus agréables.

Mais attention, la plus grande prudence reste de mise, car la montagne n’est jamais un sport anodin. Le risque de chute est toujours à prévoir et l’accident tout bête n’est jamais exclu (trébucher sur une racine, recevoir un caillou sur la tête, se tordre une cheville…) Il conviendra donc de prévoir une trousse de secours, un téléphone portable bien rechargé, une couverture de survie, de l’eau en quantité suffisante et, surtout, règle essentielle, de toujours dire à quelqu’un où l’on va de façon à ce que des recherches puissent être effectuées dans la bonne direction.

Poster une réponse