Nombreux sont les voyageurs qui rêvent de poser leurs valises au Guatemala le temps d’un voyage. Pourtant dans les faits, bien peu osent franchir le pas. Ceci est sans aucun doute dû à la réputation plus que sulfureuse de certaines villes du pays.

Ce pays d’Amérique centrale possède une architecture qui n’a semble-t-il rien à envier à bon nombre d’autres ; de quoi inspirer bien des envies de voyages

Antigua

antigua-guatemalaQuiconque désire accéder à la plus magnifique des villes du Guatemala se doit de faire une halte à Antigua. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, Antigua ne manque décidément pas de charme ni d’atouts. Culminant à 1 500 m d’altitude et entourée de superbes volcans, cette ville ne peut en aucun cas renier son passé colonial. Les touristes sont friands de ses ruines et de ses rues on ne peut plus pittoresques.Parmi les lieux les plus fréquentés figurent une pléiade de volcans ainsi que l’Arc de Santa Catalina, la cathédrale, l’église de la Merced, etc…

Cobán

cobanC’est au cœur d’une région qui se veut à la fois montagneuse et dotée d’une végétation pour le moins luxuriante que ce situe la ville de Cobán. D’ailleurs, les locaux ont coutume d’affirmer que l’humidité du Chipi-chipi n’est pas étrangère à cette incroyable luxuriance. D’intéressantes excursions attendent les touristes les plus aventureux. Ceux-ci peuvent découvrir à loisir de magnifiques cascades, explorer des grottes…

Chichicastenango

chichicastenango-marche-indienLes incontournables mayas quichés qui représentent tout de même l’ethnie la plus conséquente de tout l’Altiplano font partie intégrante du paysage, et ce depuis des lustres. Bien entendu, Chichicastenango est avant tout connue grâce aux innombrables étals que l’on peut retrouver sur son marché indien. C’est l’occasion d’y admirer une kyrielle de textiles d’exception, des hamacs ainsi que toutes sortes de masques (copies) que les indiens portent au cours de leurs nombreuses danses.

Quetzaltenango

 

Bâtie par les conquistadors à 2 300 m d’altitude, Quetzaltenango qui du reste est la seconde ville du pays est bordée de volcans et de montagnes. Autant dire qu’une couette bien épaisse n’est pas de trop tellement les nuits sont froides. S’aventurer dans cette partie du Guatemala est surtout réservé aux touristes en quête de lieux moins fréquentés. Ceux-ci apprécient généralement de pouvoir se baigner dans des sources chaudes et toutes les activités que l’on peut pratiquer en montagne.

Atilán (lac)

Ce lac d’une superficie de 130 km² doit sa popularité à une partie de l’œuvre de l’écrivain (Anglais) Huxley. Situé à 1 550 m d’altitude, le lac Atilán est entouré de villages tzutuhils et cakchiquels.

Livingston

S’il est un village qu’il faut visiter, c’est bel et bien celui de Livingston. La majorité de ses habitants sont des descendants d’esclaves convoyés dans les Caraïbes par les Anglais et les Espagnols. L’ambiance des soirées se veut festive au son du reggae, du merengue, de la salsa…

Río Dulce

Du nom du fleuve éponyme, Río Dulce est un charmant village en contrebas du gigantesque pont qui surplombe le fleuve. Depuis Río Dulce des lanchas (barques) se rendent à Livingston.

Poster une réponse