L’Art Nouveau est un mouvement artistique de la fin du 19e et du début du 20e siècle et qui a connu un développement international. On le retrouve dans bon nombre de villes européennes, mais c’est à Bruxelles qu’on trouve le plus grand nombre d’habitations de ce style, rassemblées sur de petites surfaces.

La Ville de Bruxelles est donc une destination favorite pour apprécier ce mouvement, essentiellement architectural. N’hésitez pas à tenter l’expérience de l’Art Nouveau à Bruxelles.

Maison Delune, Ixelles – photo js ©

Les caractéristiques de l’Art Nouveau

L’Art Nouveau est un mouvement né en réaction contre les dérives de l’industrialisation à outrance de la fin du 19e siècle.

Ses caractéristiques sont la présence d’ornementations inspirées des arbres et des fleurs, des formes arrondies des couleurs, et surtout la belle part laissée à la Lumière.

Des structures métalliques permettent d’ouvrir largement l’ensemble du bâtiment à cette Lumière. Pour ce faire, on utilise puits de lumière, des vitraux et des «bow-windows». Le «bow-window» signifiant «fenêtre en arc de cercle» indique la forme courbée de son cadre.

Les fenêtres se présentent sous forme de baies vitrées qui sortent de l’alignement de la façade, ce qui agrandit et illumine la pièce où elles se trouvent.

Les vitrages eux-mêmes sont arrondis, parfois avec des vitraux. Les façades étant en général arrondies, sont garnies de dessins géométriques en mosaïques. Le travail artisanal de la ferronnerie, du bois, du vitrail, et de la mosaïque est poussé à l’extrême.

Trois thèmes prédominent les formes géométriques des façades : la silhouette féminine, la plante ou l’animal et l’arabesque.

Maison Cauchie – Eterbeek photo js ©

L’extension de l’Art Nouveau

Au tournant des XIXe et XXe siècles, Bruxelles connaît une très grande effervescence. Sous l’impulsion du roi Léopold II, la ville change d’aspects. Il y a de grandes percées, comme l’avenue de Tervuren, l’établissement de parcs, comme à Woluwe St Pierre et des nouveaux quartiers construits à l’extérieur du pentagone.

A cette époque les gens riches, artistes, bourgeois, chefs d’entreprises (comme Solvay), choisissent de construire leurs maisons dans ce style à la mode.

Il y a des centaines de maisons de style Art-nouveau à Bruxelles. Le long de certaines artères, la majorité des bâtiments sont inspirées de ce style. Il y a aussi des écoles, et des magasins rivalisent d’originalité.
On retrouve ces bâtiments un peu partout, dans les rues d’Ixelles, de St Gilles, de Schaerbeek ou de Woluwe St Pierre.

Les bâtiments bruxellois ont bien souffert des dégâts de la 2e guerre mondiale. De plus, jusqu’aux années 60, un syndrome de modernisation et de démolition a enlaidi certains quartiers. C’est ainsi qu’a disparu la très belle Maison du Peuple, au centre de Bruxelles. On appelle cette période la «bruxellisation».

Ce style a également été introduit dans les arts décoratifs : des affiches, l’orfèvrerie, les bijoux, la céramique, les garde-corps aux balcons, les ferronneries de portes, etc.

Les constructions Art Nouveau remarquables

Victor Horta et Paul Hankar sont les premiers architectes ayant apporté ce style vers 1893. Il y a aussi l’architecte Viollet-le-Duc, le parisien Hector Guimard, le Viennois Otto Wagner, et beaucoup d’autres.

Les premiers bâtiments construits sont l’Hôtel Tassel et la Maison Hankar à Ixelles qui valent le voyage. Toujours à Ixelles, il y a aussi l’Hotel Ciamberlani et l’Hôtel Solvay. Dans le parc Léopold, on peut visiter la Bibliothèque Solvay. Plus près de la Grande Place se dresse le splendide Musée des Instruments de Musique, le MIM.

Je vous suggère de vous renseigner auprès des sites
– de Belgique-tourisme
– ou de l’Arau/Actions urbaines

Je vous recommande également mon blog environnement-voyages, avec ses articles et surtout ses photos sur ce sujet.

Bonnes visites à travers la capitale de l’Art Nouveau, vous verrez, ça vaut le voyage !

Jacques Schwers
19 décembre 2014

Poster une réponse