Le Costa Rica occupe 51 100 km² de l’isthme reliant l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud. C’est 51 100 km² de terrain de jeu pour les amoureux de la nature et des vacanciers à la recherche de somptueuses plages où étendre leur serviette. Pour ne rien rater des lieux d’intérêt de cette contrée, voici quelques idées d’itinéraires, entre terre et mer.

costa-rica-

Incursion au cœur du national Manuel Antonio

Ce parc est un haut lieu d’observation de la faune costaricienne. Cette aire protégée se trouve à environ 160 km au sud de San José, sur la côte pacifique. Depuis cette ville, environ 2h30 de trajet en voiture est nécessaire pour le rejoindre. Le parc s’étend sur environ 19 km² à terre et 550 km² sur sa partie maritime. L’endroit est un véritable havre de paix pour diverses espèces de primates à l’exemple du capucin à tête blanche, du singe-écureuil ou encore du paresseux à trois doigts. Pour le plus grand plaisir des ornithologues amateurs, il abrite aussi plusieurs spécimens d’oiseaux dont le tangara évêque ou le quiscale à longue queue. Cette faune variée évolue au cœur d’une nature luxuriante entre forêt secondaire, forêt primaire et mangroves. Après quelques heures de marche à travers les sentiers de la réserve, les vacanciers peuvent s’offrir un temps de repos sur l’une des quelques plages du parc et dans les environs. La Playa Espadilla, la Playa Manuel Antonio ou encore la Playa Puerto Escondida en sont des exemples. Lors d’un séjour sur mesure au Costa Rica, les amateurs de plongée partent pour leur part à la conquête des fonds marins du parc. Les amoureux de la nature peuvent continuer sur Monteverde, cette localité montagneuse située dans le nord-ouest du pays. Elle est célèbre pour ses forêts de nuages refuge de jaguars et d’ocelots.

À l’assaut du Cerro Chirripó, le point culminant du Costa Rica

Massif de la cordillère de Talamaca, le Cerro Chirripó se dresse dans le centre du pays, dans le parc national éponyme. Du haut de ses 3 820 m d’altitude, cette formation géologique est le plus haut sommet du Costa Rica. Sa cime principale offre une vue imprenable sur l’Atlantique d’un côté et sur la mer des Caraïbes de l’autre côté. Plusieurs sentiers serpentent le long du flanc du massif. Tout au long du trajet, les randonneurs évoluent à travers un paysage minéral ponctué de lacs glaciaires et d’une végétation tantôt dense tantôt rare. Ils auront également l’occasion de contempler divers animaux, à l’instar du quetzal et de la harpie féroce, du puma, du coyote et du singe-araignée tout le long de leur parcours. Se rendre jusqu’au sommet du Cerro Chirripó prend en moyenne 3 jours, en passant par San Gerardo pour l’obtention des permis, avant d’atteindre le refuge Crestones pour finalement arriver au sommet du Cerro Chirripó.

Plonger dans les eaux d’Isla Del Cano

En plus des sites de plongée du parc national Manuel Antonio, le Costa Rica compte de nombreux autres spots remarquables à l’image d’Isla Del Cano. Cette île se trouve à une dizaine de kilomètres environ de la péninsule d’Osa, dans le sud-ouest du pays. Connue comme étant le « joyau du Corcovado », elle est classée en tant que réserve biologique. Seule la partie nord d’Isla Del Cano est ouverte au public afin de préserver la beauté naturelle de l’île. La mer entourant ce bout de terre abrite une riche faune marine et des formations rocheuses sous-marines exceptionnelles. Les fonds marins sont tapissés de jardins coralliens parmi les plus importants de la région pacifique costaricienne. Les plongeurs peuvent choisir parmi 5 spots. Il vous faut programmer quelques jours pour pouvoir les découvrir. En effet, seules 10 personnes à la fois sont autorisées à plonger en même temps dans chacun de ces sites étant donné qu’il s’agit d’une réserve biologique. Pour caler une excursion dans le sillage de quelques baleines à bosse durant leur migration entre deux sessions de plongée libre, les eaux du Pacifique central dans la zone du parc national des baleines se prêtent mieux.

Poster une réponse